Accord d’entreprise à la Française de Mécanique pour améliorer la performance industrielle

La direction de la Française de Mécanique (FM), filiale de Renault et PSA Peugeot Citroën, et trois des cinq syndicats représentatifs ont signé un accord destiné à « améliorer la performance industrielle et économique », a annoncé le groupe dans un communiqué. L'accord, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2014, permet « d'assurer la pérennité de l'activité et de sécuriser l'emploi sur le site » de fabrication de moteurs à Douvrin (Pas-de-Calais), où travaillent environ 3 000 personnes à plein temps, mais aussi « d'être en position de prétendre à de nouveaux projets ».

« Je suis conscient des efforts qui sont demandés à l'ensemble du personnel », a observé le directeur de l’entreprise, Frédéric Przybylski. Après l'annonce de 830 départs non-remplacés d'ici à fin 2018 faite le 18 juin, cet accord doit entériner le maintien de l'emploi, indique la direction. « En échange de la prolongation en 2014 et 2015 du gel des salaires entamé en 2013, il n'y aura aucun licenciement de 2014 à 2016 », a précisé un représentant syndical. Quant au plan de départ des seniors, il coûtera quelque 50 millions d'euros aux deux actionnaires, a-t-il ajouté.

« Nous sommes confrontés à des perspectives de production qui sont très à la baisse, qui nécessitent des ajustements », a souligné un porte-parole de l'entreprise. « On avait besoin de montrer à nos maisons mères, et plus particulièrement Peugeot, que l'on se met dans des dispositions d'être plus compétitifs car on sait qu'il y a des décisions qui vont se prendre bientôt dans l'affectation d'un nouveau moteur et on veut faire partie de ceux qui peuvent prétendre recevoir cette production », a-t-il souligné.

La Française de Mécanique s'est par ailleurs engagée à prendre de jeunes apprentis en contrat d'alternance, - 70 pour commencer, en 2014 -, pour les former aux métiers de la mécanique, de l’usinage et de la maintenance. (AFP 25/7/13)

Alexandra Frutos