75 % des automobilistes estiment que la voiture autonome deviendra une réalité

D’après une étude réalisée par TNS Sofres à la demande de l'Observatoire Cetelem de l'Automobile, 75 % des quelque 8 500 personnes interrogées dans quinze pays du monde estiment que la voiture autonome deviendra une réalité et ils seraient déjà 55 % à envisager d'acheter une Google Car ou une Apple Car. « Ils estiment qu'ils pourront en utiliser d'ici à 6,6 ans en moyenne », indique Flavien Neuvy, responsable de l'Observatoire Cetelem de l'Automobile.

Les Américains ne sont que 32 % à envisager d'utiliser une voiture autonome, contre 41 % chez les Français, 65 % chez les Italiens, 73 % chez les Brésiliens, 81 % chez les Turcs et 91 % chez les Chinois (la moyenne pour l'ensemble du panel est de 55 %). De l'autre côté de l'Atlantique, ils ne sont en outre que 27 % à être prêts à acquérir une Google Car ou une Apple Car, soit beaucoup moins que chez les Allemands (33 %), les Français (37 %), les Japonais (37 %), les Espagnols (60 %), les Italiens (66 %), les Brésiliens (80 %), les Mexicains (85 %) et les Chinois (90 %). Tous pays confondus, ils sont 55 %.

« Au niveau global, les sondés ont aussi indiqué que les acteurs les plus légitimes pour faire évoluer la voiture traditionnelle vers la voiture connectée étaient dans l'ordre décroissant les constructeurs, les spécialistes des nouvelles technologies et les équipementiers », note par ailleurs M. Neuvy.

D’après cette étude, 86 % des automobilistes utilisent déjà des applications ou des outils interactifs afin de préparer ou guider leurs déplacements (86 % en France). Ces solutions sont surtout utilisées via des smartphones. 83 % considèrent que la voiture connectée représente un vrai progrès en termes de confort ou de conduite. Aux Etats-Unis, la voiture connectée est assimilée à quelque chose pour technophiles à 90 % et à 86 % à un véhicule qui coûte cher (plusieurs réponses étaient possibles).

Enfin, 77 % des sondés estiment qu'une voiture connectée doit avoir pour « mission » la sécurité (77 % des économies et 50 % l'optimisation du temps de trajet). (JOURNALAUTO.COM 17/12/15)

Alexandra Frutos