40 000 clients seraient en attente de livraison en Algérie

En Algérie, la mise en place d’un nouveau cahier des charges des concessionnaires et la décision du gouvernement de geler les importations de véhicules neufs ont plongé le secteur dans une crise sans précédent. « A l’heure actuelle, certains concessionnaires ne prennent plus de commandes. Des dizaines d’agents et de distributeurs risquent de mettre la clé sous le paillasson », explique le site Internet algérois Liberté. Depuis quarante-cinq jours, le secteur automobile algérien est plongé dans une véritable crise. Ces derniers jours, pas moins de 15 000 VUL ont été refoulés des ports de Jenjen et de Mostaganem. Des véhicules pourtant commandés par des concessionnaires bien avant la publication au Journal Officiel du décret relatif au cahier des charges.

Ce dernier oblige les VN introduits sur le marché local à répondre aux nouvelles exigences voulues par le gouvernement (en l’occurrence des véhicules mieux équipés avec ABS et sacs gonflables obligatoires). Mais afin d’écouler plus de véhicules et de réaliser de meilleures affaires, beaucoup de concessionnaires ont doublé, voire triplé, leurs commandes de véhicules moins équipés et ne répondant pas forcément au cahier des charges établi.

On parle de milliers de commandes entre mars et avril. D’après le site Liberté, plus de 40 000 clients, entre ceux qui ont payé entièrement leur véhicule et ceux qui ont versé 10 % à la commande, attendraient l’arrivée et la livraison de leurs véhicules. (JOURNALAUTO.COM 5/5/15)

Alexandra Frutos